Amazon Killer va-t-il ressusciter ?

Amazon Killer a disparu des stores Firefox et Chrome. Étrangement aucune communication n’a été faite dessus par son créateur.
Si vous cherchez les successeurs à Amazon Killer, il y a deux solutions :

La plus ressemblante, c’est Amazon Alternatives. Elle a les mêmes qualités, mais aussi certaines limites que nous avions décrit il y a 2 ans (voir plus bas). Elle est disponible sur chrome actuellement.
– L’autre s’appelle Amazon Antidote : elle vous donne des alternatives à Amazon pour les livres, mais aussi pour des centaines d’autres produits. C’est notre extension, elle est le fruit de près de deux ans de travail. Donc ne comptez pas sur notre objectivité quand on vous dit que c’est la meilleure solution, même si c’est vraiment la meilleure ! ^^

Des précédents et une nouveauté

Si l’on remonte dans le temps, il faut savoir qu’Amazon Killer n’était pas la première extension du genre à se greffer sur les achats chez Amazon. Parmi ses prédécesseurs, il y a notamment Tobias Leingruber, on y reviendra.

Toutes reposent sur cette idée diffuser de l’information par des extensions navigateurs en dehors de tout contrôle des propriétaires des lieux : site web, e-commerce, etc.). Amazon Killer se distinguait toutefois des extensions anti-Amazon qui l’on précédées, par sa motivation éthique.
Toutefois la démarche est différente de Amazon Antidote et plus généralement du projet Dismoi.

1. Amazon Killer est plus un objet de communication qu’un outil qui change vraiment son comportement

L’extension Amazon Killer était une outil dont ses utilisateurs pouvaient tirer fierté. Il signalait leur attachement aux librairies locales.
Mais concrètement, il obligeait l’internaute à refaire sa recherche sur un autre site qui ne comprenait qu’une partie des librairies en France.
L’expérience pouvait donc être assez frustrante.
L’extension Amazon Alternatives semble d’ailleurs avoir remarqué cette limite. Elle propose à l’internaute plusieurs sites alternatifs. Elle est encore à ses débuts, il serait sans doute prématuré d’en faire la revue, d’autant que nous sommes juges et parties.

2. Amazon Killer s’est mis sur l’échafaud

Habituellement, les extensions se manifestent à travers une barre de navigation ou une bulle qui se déplie sur un côté. Or, si vous téléchargez l’extension, rien de tout ça ne se produit, elle modifie directement la page produit d’Amazon (illustration ci-dessous).

Or, c’est extrêmement risqué sur le plan juridique. Si l’extension a du succès, Amazon n’aura pas besoin de chercher très loin pour poursuivre l’auteur de l’extension et la reléguer dans l’illégalité, comme son prédécesseur Pirates Of The Amazon.

Amazon-boutton-normal
Encart habituel de sélection de produit pour achat
Amazon-Killer-bouton-en-plus
Lorsque vous êtes sur une page produit du site d’Amazon, l’extension Amazon Killer vous ajoute un bouton supplémentaire en dessous de celui d’Amazon.

Amazon Killer est une excellente initiative militante en soi. Et tant qu’elle reste militante, qu’elle reste l’œuvre d’un hacker, elle échappe peut-être aux considérations légales (who cares about the law, when code is law and when you are hacking it?).

3. Nous ne faisons pas de croisade

Nous pouvons ou nous voulons servir des démarches militantes, mais nous ne prenons pas partie pour telle ou telle cause.

De fait, certains internautes estiment qu’Amazon leur offre un service de conseil et d’orientation au-delà tout ce qu’il peuvent attendre d’un libraire : les avis d’autres lecteurs, leur classement par pertinence, les œuvres répondant au même centre d’intérêt, etc. D’autres soulignent qu’Amazon permet d’accéder facilement à des livres d’occasion, à moindre prix, alors que très peu de libraires le proposent (pour des raisons tout à fait compréhensibles d’ailleurs).

Rappel : DisMoi n’était pour rien dans Amazon Killer

L’aventure d’Amazon Killer date de décembre 2014.
Nous avions alors reçu une dizaine de messages de camarades et suiveurs sur le même sujet : « Vous avez vu Amazon Killer?”, “Ah, quand les idées sont bonnes…”, “Ca fait partie de votre projet ? (qui s’appelle aujourd’hui DisMoi)
Et bien non ce n’était pas nous…

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée.